• Lundi 3 Août 2015 - ASSOCIATION DU PATRIMOINE DE LANMODEZ

    Maodez sur ses terres

    Et voilà. Ce matin, du 3 Août 2015, une expédition de Presqu’îliens s’est rendue à Plouézec afin de négocier l’emprunt du « chef de Maodez » pour le prochain pardon de Lanmodez qui aura lieu à la fin de la semaine, le 9 Août. Deux membres du Papillon, qui avaient préparé le terrain, ont accompagné les responsables de l’Association du Patrimoine de Lanmodez jusqu’à Plouézec. Ceux-ci ont fait affaire avec leurs homologues locaux, et ont pu repartir avec leur précieux compagnon. Cet arrangement dans sa simplicité et sa spontanéité vient illustrer la richesse des collaborations possibles dans le monde associatif : « il faut que nous ayons cette solidarité et ces échanges » nous a déclaré la Présidente locale.

    Maodez sur ses terres.Le pauvre homme, quant à lui, avait subi de nombreux outrages au fil des siècles. En effet, ayant participé à l’exode des Celtes gaéliques et brittoniques il y a 1500 ans, fuyant les Angles et les Saxons pour rejoindre les cousins d’Armorique, il avait choisi la Presqu’île comme terrain de jeu. C’était un bon choix.

    Mais les soubresauts de l’Histoire ont finalement dispersé ses reliques. D’où le projet de tenter de les réunir pour le Pardon qui porte le nom de son monastère. (Lann-Maodez).

    (Valoriser les ressources et les atouts d’un territoire, cela peut passer aussi par des résurgences de sa mémoire vivante et de son passé historique.)

    Cette année donc, son grand reliquaire de Tréguier et son crâne détenu par Plouézec se rejoindront pour une journée d’exception qui appellera sûrement d’autres projets.

    Il semblerait, par exemple, que des Irlandais de sa supposée localité d’origine souhaiteraient venir ici pour découvrir les lieux où il a vécu. Cette « celtique connexion » pourrait sans doute créer des liens à faire fructifier. (Prévoir des pintes et des chopes de la bonne taille pour les accueillir).

    Mais également, les nombreux lieux portant le nom de Maodez seraient peut-être mobilisables désormais pour une date de rencontre ritualisée qui pourrait ajouter encore à la notoriété du territoire.

    De Port Béni à Kermouster, la Presqu’île est balisée par les traces du passage de Maodez. Et son influence s’est aussi traduite jusqu’à nos jours par le choix de son nom pour prénommer nombre de natifs du secteur.

    Certains l’ont aussi choisi comme pseudonyme, ainsi Maodez Glanndour (Maudez du bord de l’eau), poète bretonnant, né à Pontrieux, spécialiste de musique traditionnelle, compositeur, Docteur en Philosophie, décédé à Lannion il y aura juste trente ans.

    On peut citer le début de la préface de son recueil Komzoù bev (paroles vivantes) :

    Petra klevout ? ar bed holl. Strishaat hor sellad a vefe dimp ur c’holl: nac’han ar boud hag e lazhan e vefe. Pep boud a zo kinniget dimp d’e gompren.

    Que l’on pourrait traduire ainsi:

    « Que faut-il entendre ? Le monde dans son entier. Limiter notre vision serait pour nous une perte: ce serait nier et tuer l’existence même. Il nous est offert de comprendre chaque être et chaque existence. »

    « REVUE DE PRESSE - COULEURS DE BRETAGNEMERCREDI 19 août 2015 - COULEURS DE BRETAGNE »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :