• Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubian

    Voyages tous azimuts pour la 8ème Conviviale

    Au Papillon de la Presqu’île, on joue « cartes sur table ». Vendredi 25 mai, à L’Armor PleubianEn un mot : on ne triche pas avec la réalité des faits. Notre 8ème Conviviale, qui s’est déroulée le vendredi soir 25 mai au Talbert, à L’Armor Pleubian, n’a pas eu le succès escompté. Et pourtant, sans flagornerie de notre part, les absents ont eu tort, car, comme le bon vin, le cru s’est encore amélioré. On a les satisfactions que l’on veut bien se donner, mais celle-ci est entièrement fondée et nous la savons partagée par tous ceux qui y ont participé.

    Cette 8ème Conviviale avait pour fil conducteur le voyage. Evidemment qui dit voyage sous-entend horizons lointains, dépaysement et exotisme à la clef. Sur ce fil, chacun a pu broder en puisant dans ses propres sources d’inspiration, car le voyage peut prendre d’autres formes. Il peut être un retour sur soi-même, au travers d’une chanson, d’un poème, d’un texte ou d’un sketch. Le voyage intérieur, c’est une réalité qui nous transcende tous. Même quand on a la chance d’être à mille lieues de son port d’attache.

    Voyage Voyage ?

    Nous n’allons pas ici citer toutes celles et ceux qui ont donné à cette huitième édition tout le relief souhaité. Nous ne pouvons que les remercier d’avoir su donner le meilleur d’eux-mêmes pour nous emmener sur le chemin de l’émotion, joyeuse ou non. Quelques remarques cependant qui n’engagent bien évidemment que le « papillon » en charge du compte-rendu.

    Aucun de ces artistes d’un soir ne s’est aventuré à chanter le Voyage Voyage de Desireless, cette chanteuse française au look atypique que la rumeur a, récemment, annoncé comme morte. Point de reproche, simple constat !Puisque vous en voyage

    Même si l’Ankou a montré le bout de son nez, au travers de chants extraits des légendes bretonnes, il n’y avait effectivement pas lieu, ce soir là, de rendre un dernier hommage à cette chanteuse. Claudie Fristch-Mentrop, de son vrai nom, n’a pas tiré sa révérence et sa chanson demeure une référence du répertoire, au-delà de cette thématique du voyage. Mais force est de reconnaître qu’il faut de solides cordes vocales pour soutenir la comparaison avec cette interprète hors norme. Qui sait, si à une autre occasion, quelqu’un ou quelqu’une ne s’y essayera pas !

    On continuera à voyager.

    Alchimie efficiente

    Comme cela a été à nouveau confirmé, une Conviviale réussie relève d’une alchimie savamment pensée. Les organisateurs, face aux demandes exprimées, se doivent de trouver le bon dosage entre les talents confirmés et ceux qui sont encore germe, mais également entre la légèreté et la profondeur. Il est clair que si la scène reste ouverte, et doit rester ouverte à qui le veut, mieux vaut quand même préparer son coup quand l’envie vous prend de troquer votre costume de quidam pour celui de vedette d’un soir. Alors que le brouillard commençait à envelopper la Presqu’île, le vent du tract s’est fait parfois sentir au cours de cette soirée. Le tract, personne n’y échappe ! Et pourquoi le taire, c’est rassurant !

    So British !

    Qui dit voyage, dit découverte. Mais celle-ci peut venir à vous.Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubian Comme cela a été le cas avec un certain Simon Scardanelli qui, comme son nom ne l’indique pas, est un Anglais pur jus. Ses cordes vocales n’ont vraiment rien à envier à celles de Desireless. Il sait les mettre au diapason des cordes de sa guitare que l’on sait avoir été achetée en Allemagne et qu’il chérit plus que tout.

    Le baroudeur Simon Scardanelli a posé son sac à Merdrignac et c’est en terre bretonne qu’il entend continuer à cultiver sa passion pour le chant. Il nous fera « en français » une confidence : « Je ne chante pas les chansons des autres puisqu’ils ne chantent pas les miennes ». So British ! Une dose d’humour anglais qui nous a ravis.

    Mais que ce nouvel ami du Papillon de la Presqu’île le sache, l’humour est une donnée universelle. De ce côté ci de la Manche, on n’en manque pas. Il a d’ailleurs suinté tout au long de la soirée. Vendredi 25 mai, à L’Armor PleubianOn retiendra notamment ce sketch nous offrant une version latinisée du transfert, de la Cornouailles vers la Vallée des saints de Carnoët, de la statue de Saint Piran. Saint Patrice, qui n’est autre que le Saint Patrick des Irlandais, n’a pas dû en croire ses oreilles. Nous, on était plié de rire. Yes Sir !

    Bien qu’ayant souligné notre désir de ne pas dissocier qui que ce soit de cette belle prestation, nous ne pouvons conclure sans vous inciter à prendre directement connaissance avec des artistes au talent confirmé qui ont la gentillesse de se prêter aux règles du jeu des Conviviales. Cela s’appelle un renvoi d’ascenseur. Cliquez sur ces liens pour faire leur connaissance, même si vous croyez déjà les connaître !

    www.lydia-domancich.com/

    www.scardanelli.com

    www.flipp.e-monsite.com

    Donc satisfecit sur toute ligne, hormis le trop petit nombre de spectateurs Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubianet l’erreur que nous avons commise en confiant à un seul papillon le soin d’assurer la couverture photo.Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubian
    D’où le regret de ne pas pouvoir vous présenter une galerie complète des participants.
    Mais le flou pour de trop nombreux clichés n’avait vraiment rien d’artistique. Nous retiendrons la leçon !

     

    Cliquez sur le lien ci-dessous, et pardonnez au photographe

    http://le-papillondelapresquile.eklablog.com/8eme-conviviales-gallery212596

    « Exposition Louis Marie Faudacq à Plourivo - Maison de l'EstuaireSamedi 2 juin à Ploubezre »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :