•  Sylvie nous a quittés

        Sylvie Çaldugaray nous a quittés dans la nuit de samedi à dimanche, après un long combat contre la maladie.

        Le Papillon pleure une amie qui a donné de la chaleur à Kermouster pendant des années et fait de La Cambuse un lieu de vie ou nous avons tous apprécié la gentillesse  de l’accueil de Sylvie. Merci encore


         


         
     

    votre commentaire
  • Causerie à l'Armor chez Laurent


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Une 9ème Conviviale sous la coupe des voyous

     

    Etait-ce prendre un risque que de choisir pour thème celui des voyous ? Pour sa 9ème Conviviale, si risque il y avait, Le Papillon de la Presqu’île l’a pris en toute connaissance de cause, à nouveau au bar Le Chouchen de Trédarzec, ce vendredi 20 juillet. Risque calculé à l’aune d’un répertoire que nul n’ignore riche en la matière. Avec en figure de proue, l’incontournable Georges Brassens, celui là même dont la mauvaise réputation lui vaut d’avoir son nom gravé sur le frontispice des écoles de la République. Au pays de Saint Maudez, ce bouffe-curé notoire est même devenu icône.

    Vendredi 20 juillet 2018, à Trédarzec

    Avec le recul, on se prend à penser que cette Conviviale aurait peut-être du se tenir à même la grand salle des fêtes de Lézardrieux puisque celle-ci est dédiée à ce chantre qui a clamé haut et fort, pour séduire une Margot belle comme la Madone, qu’il était un voyou. Mais il n’est pas dit, même si l’objectif affirmé est de rassembler le plus de monde possible, que notre Papillon puisse se sentir à l’aise dans un aussi grand espace. L’arrière salle d’un bistrot lui semble, à cette heure encore, adaptée à ses ambitions. Au premier des rangs desquelles : établir une proximité et un véritable partage de sens et d’émotions.

    Fric-frac dans le répertoire

    L’alchimie a, une nouvelle fois, fonctionné sur cette scène ouverte de Trédarzec qui accueillait, comme c’est désormais la règle, des talents confirmés, sachant gratter (la guitare) ou souffleter (l’accordéon) , et des voix libérées du trac. Nous ne le répèterons jamais assez, participer à une Conviviale c’est se découvrir des capacités jusqu’à lors insoupçonnées devant d’autres que soi. Ce vendredi du mois de juillet de l’an 2018, ce sont surtout des femmes qui ont prêté leur voix pour opérer un fric-frac dans ce répertoire pouvant effrayer le bourgeois dont Brel a brossé un portrait sans concession

    .Vendredi 20 juillet 2018, à TrédarzecVendredi 20 juillet 2018, à TrédarzecVendredi 20 juillet 2018, à Trédarzec

    S’appelait-elle Margot cette femme dont Lenaig nous a rappelé, au rythme d’une godinette, qu’elle était lassée d’être jeune fille ? Qui sait ?

    A bien écouter Isabelle interprétant « Un dur, un vrai, un tatoué », chanson du film Raphaël le Tatoué (1938), les gonzesses et les nénettes n’ont, quant à elle, pas droit au moindre sobriquet teinté de tendresse. Mais sous Raphaël il y a Fernandel. Que l’on sache, l’acteur chanteur avait l’accent affectueux ! Fernandel, pardon Raphaël…un faux dur !

     

    Avec Polly, Lucy, jeunes filles de bonne famille, et Jenny-des-lupanars l’on a vu réapparaître le célèbre Macheath le Surineur. Ces trois femmes se sont disputées les faveurs de ce malfaisant qui finira par être anobli. La complainte de Mackie, interprétée par Noella, est extraite de l’Opéra de Quat’sous, une comédie allemande mise en musique par Bertold Brecht et Kurt Weill en 1928. Il y a donc tout juste quatre-vingts dix ans !

    Vendredi 20 juillet 2018, à TrédarzecVendredi 20 juillet 2018, à Trédarzec

    Il y avait également, comme qui dirait, de l’anniversaire dans l’air avec cette autre complainte, Elle était souriante, créée par Montel en 1908. Myriam et les deux Hélène, avec Roland en contre-chant, auront su nous montrer combien la résilience pouvait contrecarrer les attentes malsaines de gens sans foi ni loi, capables de faire subir à une pauvre châtelaine des maléfices d’une cruauté inouïe. On nous fera remarquer que sous cette sordide affaire se cachait, de fait, une publicité pour le Pyramidon un médicament anti-fièvre qui avait cours à la Belle Epoque.

    « Laissez passer les voyous ! »

    Mais qui sont véritablement les voyous ? Brassens n’aura en rien été le premier lanceur d’alerte comme nous l’a implicitement rappelé Martine en déclamant un poème de Jacques Prévert datant de 1934.

    Vendredi 20 juillet 2018, à TrédarzecCette année là, Prévert passe des vacances à Belle-Île. Il est alors le témoin d’un fait divers ayant défrayé la chronique. Depuis de longues années, cette île enchanteresse accueille alors en son sein des colonies pénitentiaires pour enfants. Un soir, un des enfants ayant été roué de coups pour avoir mordu dans un morceau de fromage avant de manger sa soupe, une émeute éclate, suivie de l’évasion de 55 pensionnaires. Une « battue » est alors organisée pour rattraper les fugitifs, avec prime de 20 francs offerte aux touristes et aux habitants de Belle-île, pour chaque garçon capturé. La chasse à l’enfant était lancée. « Bandit, voyou, voleur, chenapan ». Les gens dit honnêtes ont parfois de mauvais réflexes …

    « Laissez passer les voyous !» a chanté en son temps Philippe Clay (1927-2007). A Trédarzec, dans l’arrière salle du Chouchen, les voyous ont donc eu la vedette, mais pas qu’eux. Une Conviviale c’est une scène ouverte. La thématique n’empêche pas de s’en extraire. Que ce soit en Anglais, en Irlandais, en Français et, même en Breton, d’autres voix nous ont ouvert une évasion vers d’autres horizons. La 9ème a tenu toutes ses promesses !

    Vendredi 20 juillet 2018, à Trédarzec

     

     la galerie photos de cette soirée,

     

    Cliquer sur le lien ci-dessous

    http://le-papillondelapresquile.eklablog.com/galerie-de-photos-de-la-9eme-conviviale-gallery215600

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le Sillon une Histoire qui n'en finit pas


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Kermouster: trois concerts à la chapelle

    Chaque été, la chapelle de Kermouster ouvre ses portes pour y accueillir des musiciens. Voici le programme de ce mois de juillet. 

     

    Jeudi 19 juillet : le guitariste Soïg Siberil.

    Soïg Siberil - GuitaristeEn juillet 2016, Soïg Siberil nous avait fait apprécier les sonorités de sa guitare. Il accompagnait ce soir là la chanteuse Nolwenn Korbel. Ce jeudi 19 juillet il se produit en solo. Il nous invite à un retour aux sources de son instrument à partir de ses propres compositions et en adaptant des pièces issues du répertoire traditionnel sonnées, chantées (danses, marches, mélodies). Dans son dernier opus, Hasback, le 11° album solo de sa carrière Soïg Siberil nous emmène en voyage…. dans le pays des landes et forêts, dans les chemins creux des pays celtes…

    21 h. Entrée 10 euros

    Samedi 21 juillet : Jean Baron et Sophie Compagnon

    19, 21 et 26 juillet 2018L’an passé l’ami Jean Baron et Sophie Compagnon avaient ouvert la saison des concerts (18 juillet 2017) de la chapelle. Le maître sonneur et la harpiste  vont à nouveau y faire chanter la bombarde, le biniou Coz, la veuze et la harpe celtique.            20 h. 45 Libre participation

     19, 21 et 26 juillet 2018

     

    Jeudi 26 juillet : le violoncelliste Aldo Ripoche

    Violoncelliste réputé, Aldo Ripoche a, dès 1994, apporté son soutien à  l'Académie Paul Le Flem, académie qui produit beaucoup de musiciens et de concerts de musique de chambre dans un répertoire axé sur les compositeurs bretons et français. Paul Le Flem est un compositeur né à Radon (Orne)en 1881, et mort à Tréguier en 1984. Il était très attaché à la Bretagne. Les œuvres de Le Flem révèlent l'influence de la musique du XVIe siècle et du folklore breton.

     


    votre commentaire
  • Nos amies et partenaires de la "Librairie Bouquine" à Pleubian organisent

    2 événements nous avons le plaisir de vous en informer

    Librairie Bouquine

    Librairie Bouquine


    votre commentaire
  • "Variation  XXI "  interprète les compositeurs bretons de musique française

    Après la Messe en Ut de MOZART en 2017,Variation XXI l'Ensemble Vocal «Variation XXI» a changé carrément de période et de style pour mettre en avant deux compositeurs bretons de musique française du tout début du 20ème siècle . Parfois injustement méconnus, ils ont pourtant occupé une place éminente dans la musique française de leur temps, et ont été fort appréciés par Fauré, Ravel et Debussy.

    De Guy ROPARTZ  ( né à Guingamp en 1864 ) sera interprétée la très belle « Messe brève en l'honneur de Ste Anne » pour chœur de femmes et orgue.

    De Paul  LADMIRAULT  (1877 – 1944), plusieurs chansons françaises pour chœur mixte a cappella et « Les chansons écossaises » , pour chœur et piano, composées en 1928 sur des mélodies celtiques où le compositeur a superposé à des modes traditionnels de riches harmonies tonales.

    Le programme sera complété par deux œuvres légères et humoristiques de Francis POULENC et de Wulfran  MOREAU,  contemporains des deux premiers compositeurs. 

    L'ensemble sera, comme d'habitude, dirigé par le jeune chef trégorrois Jean – Jacques  L'Anthoën , et accompagné au piano par Claudette  Breton – Auffret.

     

    ENTREE : 12 € ; 8 € pour scolaires, étudiants, chômeurs; gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

    Vendredi 29 juin, 20h30, DINAN, Abbaye de Léhon

    Samedi 30 juin, 20h30 PAIMPOL, Abbaye de Beauport

    ce concert de Beauport est organisé par l'APAC (Association Paimpolaise des Amis de la Culture), prix des entrées différent.

    Dimanche 1er juillet, 18h, LANNION, Chapelle Ste Anne

    Mardi 3 juillet, 20h30, PLERIN, Eglise St Pierre

    Mercredi 4 juillet, 20h30, PERROS-GUIREC, Eglise St Jacques

     

    http://variation.xxi.free.fr

    https://www.facebook.com/pages/Ensemble-Vocal-Variation-XXI/

     


    votre commentaire
  • Voyages tous azimuts pour la 8ème Conviviale

    Au Papillon de la Presqu’île, on joue « cartes sur table ». Vendredi 25 mai, à L’Armor PleubianEn un mot : on ne triche pas avec la réalité des faits. Notre 8ème Conviviale, qui s’est déroulée le vendredi soir 25 mai au Talbert, à L’Armor Pleubian, n’a pas eu le succès escompté. Et pourtant, sans flagornerie de notre part, les absents ont eu tort, car, comme le bon vin, le cru s’est encore amélioré. On a les satisfactions que l’on veut bien se donner, mais celle-ci est entièrement fondée et nous la savons partagée par tous ceux qui y ont participé.

    Cette 8ème Conviviale avait pour fil conducteur le voyage. Evidemment qui dit voyage sous-entend horizons lointains, dépaysement et exotisme à la clef. Sur ce fil, chacun a pu broder en puisant dans ses propres sources d’inspiration, car le voyage peut prendre d’autres formes. Il peut être un retour sur soi-même, au travers d’une chanson, d’un poème, d’un texte ou d’un sketch. Le voyage intérieur, c’est une réalité qui nous transcende tous. Même quand on a la chance d’être à mille lieues de son port d’attache.

    Voyage Voyage ?

    Nous n’allons pas ici citer toutes celles et ceux qui ont donné à cette huitième édition tout le relief souhaité. Nous ne pouvons que les remercier d’avoir su donner le meilleur d’eux-mêmes pour nous emmener sur le chemin de l’émotion, joyeuse ou non. Quelques remarques cependant qui n’engagent bien évidemment que le « papillon » en charge du compte-rendu.

    Aucun de ces artistes d’un soir ne s’est aventuré à chanter le Voyage Voyage de Desireless, cette chanteuse française au look atypique que la rumeur a, récemment, annoncé comme morte. Point de reproche, simple constat !Puisque vous en voyage

    Même si l’Ankou a montré le bout de son nez, au travers de chants extraits des légendes bretonnes, il n’y avait effectivement pas lieu, ce soir là, de rendre un dernier hommage à cette chanteuse. Claudie Fristch-Mentrop, de son vrai nom, n’a pas tiré sa révérence et sa chanson demeure une référence du répertoire, au-delà de cette thématique du voyage. Mais force est de reconnaître qu’il faut de solides cordes vocales pour soutenir la comparaison avec cette interprète hors norme. Qui sait, si à une autre occasion, quelqu’un ou quelqu’une ne s’y essayera pas !

    On continuera à voyager.

    Alchimie efficiente

    Comme cela a été à nouveau confirmé, une Conviviale réussie relève d’une alchimie savamment pensée. Les organisateurs, face aux demandes exprimées, se doivent de trouver le bon dosage entre les talents confirmés et ceux qui sont encore germe, mais également entre la légèreté et la profondeur. Il est clair que si la scène reste ouverte, et doit rester ouverte à qui le veut, mieux vaut quand même préparer son coup quand l’envie vous prend de troquer votre costume de quidam pour celui de vedette d’un soir. Alors que le brouillard commençait à envelopper la Presqu’île, le vent du tract s’est fait parfois sentir au cours de cette soirée. Le tract, personne n’y échappe ! Et pourquoi le taire, c’est rassurant !

    So British !

    Qui dit voyage, dit découverte. Mais celle-ci peut venir à vous.Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubian Comme cela a été le cas avec un certain Simon Scardanelli qui, comme son nom ne l’indique pas, est un Anglais pur jus. Ses cordes vocales n’ont vraiment rien à envier à celles de Desireless. Il sait les mettre au diapason des cordes de sa guitare que l’on sait avoir été achetée en Allemagne et qu’il chérit plus que tout.

    Le baroudeur Simon Scardanelli a posé son sac à Merdrignac et c’est en terre bretonne qu’il entend continuer à cultiver sa passion pour le chant. Il nous fera « en français » une confidence : « Je ne chante pas les chansons des autres puisqu’ils ne chantent pas les miennes ». So British ! Une dose d’humour anglais qui nous a ravis.

    Mais que ce nouvel ami du Papillon de la Presqu’île le sache, l’humour est une donnée universelle. De ce côté ci de la Manche, on n’en manque pas. Il a d’ailleurs suinté tout au long de la soirée. Vendredi 25 mai, à L’Armor PleubianOn retiendra notamment ce sketch nous offrant une version latinisée du transfert, de la Cornouailles vers la Vallée des saints de Carnoët, de la statue de Saint Piran. Saint Patrice, qui n’est autre que le Saint Patrick des Irlandais, n’a pas dû en croire ses oreilles. Nous, on était plié de rire. Yes Sir !

    Bien qu’ayant souligné notre désir de ne pas dissocier qui que ce soit de cette belle prestation, nous ne pouvons conclure sans vous inciter à prendre directement connaissance avec des artistes au talent confirmé qui ont la gentillesse de se prêter aux règles du jeu des Conviviales. Cela s’appelle un renvoi d’ascenseur. Cliquez sur ces liens pour faire leur connaissance, même si vous croyez déjà les connaître !

    www.lydia-domancich.com/

    www.scardanelli.com

    www.flipp.e-monsite.com

    Donc satisfecit sur toute ligne, hormis le trop petit nombre de spectateurs Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubianet l’erreur que nous avons commise en confiant à un seul papillon le soin d’assurer la couverture photo.Vendredi 25 mai, à L’Armor Pleubian
    D’où le regret de ne pas pouvoir vous présenter une galerie complète des participants.
    Mais le flou pour de trop nombreux clichés n’avait vraiment rien d’artistique. Nous retiendrons la leçon !

     

    Cliquez sur le lien ci-dessous, et pardonnez au photographe

    http://le-papillondelapresquile.eklablog.com/8eme-conviviales-gallery212596


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires