•  La promotion de l'art par la copie

    Ce Vendredi 31 juillet, la Presqu’île a investi les locaux du Crédit Agricole de Paimpol. Et cela, grâce à l’Association « Chefs d’œuvre en Presqu’île » pour le lancement de son opération.

    Le public a étVernissage de l’exposition « Chefs d’œuvre en Presqu’îleé rameuté de façon efficace et sonore par l’ensemble des cornemuses, bombardes, percussions, harpe et guitare que menait le patron du Carioca.

    S’en suivit une envolée de discours volontaristes et fleuris de la part du Directeur de la Banque, puis du Président de Chefs d’œuvre en Presqu’île.

    Vernissage de l’exposition « Chefs d’œuvre en Presqu’île

    Cette opération originale fut donc présentée dans ses différents aspects : découverte du métier de copiste, exposition des œuvres dans différents lieux de la Presqu’île, reliés par un circuit sous forme de jeu-concours proposant des questions sur chacun des sites retenusVernissage de l’exposition « Chefs d’œuvre en Presqu’île

    et doté de prix, bien entendu.

     

     

    Vernissage de l’exposition « Chefs d’œuvre en Presqu’île

    Tous ces éléments sont consultables sur le site de l’association :

    http://michel-champion5.wix.com/chefs-doeuvre

    Pour sa part, le Papillon de la Presqu’île s’associe pleinement à cette initiative qui fait le lien entre les communes tout en valorisant les lieux et en animant le territoire.

     

    Une dizaine de nos adhérents va se relayer pour assurer une permanence à la chapelle de Bonne nouvelle, qui était le seul site sans surveillance accueillant deux des œuvres exposées. Ils ont suivi une formation assurée par le maître copiste Michel Champion, et sont fin prêts pour recevoir le public.

    Vernissage de l’exposition « Chefs d’œuvre en Presqu’île

    Un membre du Papillon, Jean-Paul Silvano, s’est également fendu d’une tirade sur les copistes au cours du vernissage et que vous pouvez entendre ici dans son intégralité.


    votre commentaire
  • La fête de la Madeleine

    Le goémonier

    fêté à l'Armor

     

    Ce samedi 27 juin, le site de Penn Lann en L’Armor a déployé son anse pour accueillir une partie de la flottille des bateaux traditionnels de la Presqu’île. Ceux-ci, un peu plus nombreux d’année en année, ont été rejoints par la Madeleine, dernier goémonier de Pleubian.

    Autour d’Yvon Lanthoën et de Pascal Champagnat, une joyeuse équipe de passionnés, bénévoles et compétents, a consacré l’essentiel de son temps libre pour restaurer cette vielle coque, échouée sur les galets de Porzh Ran…

    Rachetée, il y a quelques années pour quelques euros symboliques, avec l’aide de la Municipalité de Pleubian, il fallait s’y mettre. Yvon a finalement « croché dedans » en ralliant à lui les volontaires qui ont apporté leurs savoirs, leur matériel et surtout « l’huile de coude ».

    La dynamique a fonctionné, et le soutien s’est élargi à l’Intercommunalité pour laquelle ce bateau est en passe de devenir le symbole d’un renouveau du patrimoine maritime local. Et tout cela devant les caméras de Thalassa, mar plij !

    Il a été souhaité « bon vent » à son équipage, bien sûr, mais celui-ci savoure à l’avance l’été qui s’annonce, en préparant les très nombreux rendez-vous nautiques où la Madeleine est invitée et attendue.


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • Election du CAElection duCa


    votre commentaire
  •  

    Nous étions encore Chrysalide

    C’est à Lanmodez qu’a commencé à se faire sentir, concrètement,  l’effet « Papillon ». Depuis plusieurs semaines un groupe d’habitants  souhaitaient apporter leur contribution au mieux vivre ensemble dans cette commune. 

    Ce qu’ils ont fait, dans un premier temps, en épaulant les membres du Comité des fêtes dans l’organisation des  festivités liées au Pardon de Saint Maodez.

    C’est sous un ciel chagrin,  balayé par un vent fort  que s’est déroulée la cérémonie religieuse. Ce jour-là, les fidèles oLe barbecue du midi, géré avec nos Amis des Tadornesnt pu célébrer ce saint patron de la meilleure manière qui soit : devant son  reliquaire transféré de Tréguier pour l’occasion.

     

    Les festivités proprement dites ont démarré par une dégustation,  sous abri, dans la salle Ti an Holl, de saucisses et merguez  grillées. La bonne humeur régna autour des barbecues et fourneaux. L’ambiance n’a pas faibli tout au long de l’après-midi autour des allées de boules et des jeux pour petits et grands. Preuve était ainsi faite qu’avec un zest de bonne volonté et quelques gouttes d’huile de coude on peut agir dans l’intérêt de tous.

     

    Le dimL'afficheanche 5 octobre 2014, 

    Le Papillon sort de sa chrysalide. 

    Plusieurs membres de ce collectif qui n’avait pas encore de nom se sont encore mobilisés pour donner à « L’automne au jardin »,  la première manifestation de ce nom organisée à Lanmodez,  tout le relief nécessaire. Au coude à coude avec les bénévoles du Comité des fêtes,  les organisateurs ont eu la satisfaction de voir que  la bourse des plantes correspondait  bien à une attente. La salle Ti-an-Holl a accueilli de nombreux passionnés, venus des quatre  coins de la Presqu’île. Tout avait été mis en œuvre pour que cette manifestation connaisse le succès. Dans une ambiance festive, les visiteurs ont pu découvrir une manifestation digne d’intérêt puisque « ayant du sens ». Dans un coin de la salle Ti-an-Holl, une bibliothèque, regroupant des ouvrages sur les jardins mis à leur disposition, leur permettait  de trouver sur place des réponses aux questions qu’ils se posaient sur  telle ou telle fleur, arbuste ou autre plante. Il y avait là matière à piocher des idées pour repenser le dessin de son jardin.

    l'automne au jardin

    Deux actions, toutes deux ayant Lanmodez pour théâtre. Mais pourquoi ne pas agir dans un cadre plus large, celui de la Presqu’île. Le jeudi 5 mars, une petite cinquantaine de personnes investissaient l’arrière salle du café épicerie La Cambuse de Kermouster. Toutes les communes de la Presqu’île se trouvaient de facto représentées. Sur la base des réflexions engagées depuis de longs mois par les amis de Lanmodez, ils décidaient ce jour là de jeter les bases d’une toute nouvelle association.

    Le Papillon de la Presqu’île venait de sortir de sa chrysalide.

     

     

     


    votre commentaire